« Connected », le second CD de T.BO

Perdre un enfant : une épreuve et une grande douleur. Le groupe T.BO exprime cette peine et aussi l'espoir, au travers de deux CD instrumentaux.

En septembre 2003, Thibaut Laloux, d'Hamois, 19 ans, a été fauché et tué sur un passage clouté, à Mons, en faisant son jogging, par un conducteur sous l'influence de l'alcool et de la drogue. Philippe Laloux, son papa, musicien de formation, batteur, guitariste, compositeur, premier prix du Conservatoire royal de Mons et ancien professeur de musique, décide alors de réaliser un CD de musique instrumentale, avec la participation d'une douzaine d'amis musiciens, en mémoire de son fils.

Il forme ainsi le groupe T.BO. L'album « We stay together » voit alors le jour, en 2007, et est distribué depuis par Musea Records (France), dans vingt pays européens et trente nations hors Europe. En mai dernier, le groupe T.BO finalise le second album intitulé « Connected ». Ses musiciens : Hughes Gillard ( d'Hargimont), Jean-Pierre Mouton (de Floreffe), Stany Lecharlier (un ancien Cinacien), David Epis, Charles Loos, Pierre Gillet et, pour certains morceaux, Fasli Kamberi, Adrien Legrand, Ingrid Procureur et Stéphane Stas.

Philippe Laloux a écrit les partitions. Chose étonnante, les musiciens ne s'étaient jamais vus. Ils ont enregistré le CD, au studio Protea, à Vedrin.

Un soliste indien Navajo

« Looking at the sky » (« En regardant vers le ciel »), chant d'espoir, entame ce second CD, où le souvenir de Thibaut est omniprésent. On peut entendre, au long d'une musique calme et d'ambiance, une musique à écouter plus qu'à servir de fond de travail, un chanteur indien de la tribu Navajo, Jerry Dunson, notamment dans le morceau qui clôture le CD : « Follow the spirit » (« Suivez l'esprit »). C'est un chant sacré indien, orchestré par le groupe T.BO et arrangé pour la culture occidentale. C'est aussi un chant d'espoir pour la planète. Il crée un lien avec le premier morceau, où ce chanteur intervient déjà.

Tous les morceaux de ce CD sont dédicacés. À la fille de Philippe, Sarah : « Union ». À son épouse, Martine : « Just for you ». Au fils de Sarah : « The messenger »... L'ensemble des titres reflète la douleur indélébile d'un père. Le piano, la flûte et la harpe, notamment, la musique d'ambiance instrumentale, en général, voulue progressive, le mélange classique-rock la font bien ressortir et rendent très bien un climat de paix.

On remarquera aussi la qualité des mandalas qui décorent les CD. Ils sont apaisants et, comme la musique du CD, favorisent la concentration... M. M.